Coucou, on se retrouve pour un tutoriel pas à pas, dans la simplicité. Tout ira bien si vous suivez toutes les étapes. C’est beaucoup moins dur que le Tour de France, promis !

C’est parti :

Dans une feuille de 16 x 23 cm. On coupe en rouge et on plie en bleu.
Puis on s’amuse avec nos tampons, ici j’avais envie de cerises pour l’été évidemment.
Et une touche d’originalité avec nos Stampin’write. On fait tout ça à main levée on essaie pas d’être parfaite.
Entre chaque ligne j’ai ajouté du stylo pailleté argent et des points blancs sur les lignes rouges (parce que les points noirs c’est moins glamour quand même)
Un petit coup de perfo, ou avec un die ça passe aussi.
On passe à la déco : 8 ronds d’environ 4 cm.
Voici le placement à cheval à reproduire.
Puis on rapproche tout ça en chantant : Ah qu’est ce qu’on est serré au fond de cette boite, chante les sardines … allez à vous ! Non ne me remerciez pas 😉
La base fait 14.5 x 10.5. Ensuite j’ai fait 2 blocs dont un avec du gaufrage (8×10 cm) et un neutre dans le même papier que mes ronds (6×10 cm). Pour ne pas voir la jonction des deux j’ai mis une bande pailleté qui m’a également servi pour le sentiment.
Cette petite cerise trop mignonne est faite avec 5 cerises, tamponnées et perforées puis pliée en 2 verticalement et collées par un côté une à une. A la fin il nous reste deux côtés à coller sur la carte.
Aplatissez bien la cerise, elle fera un petit pop à l’ouverture.
Et vous pourrez dire fièrement c’est moi qui l’ai fait ! Et comme vous allez la trouver trop jolie vous la garderez pour vous, NA !

J’espère que vous allez vous éclater autant que moi à la faire.

Vous pouvez trouver les produits utilisés ici : https://www.stampinup.fr/products/lot-douceur-fruit-e-fran-ais?demoid=5046742

A bientôt.

Sabrina

J’adore Halloween, j’aimerais un jour pouvoir le fêter aux Etats-Unis … en attendant je fais des cartes et celle du jour comporte une astuce pour un fond de carte simple et rapide.

Il vous faut des chutes de papier et un tampon jusque là vous devriez tout avoir ensuite il suffit de faire une ligne de chaque. Je trouve ça plus sympa de tamponner en diagonale, si vous n’y arrivez pas buvez un p’tit coup avant 😉

Set de tampons : Scary cute

Chose promise, chose due !

Voici le condensé de ce mois de juillet de folie.

Au départ j’avais prévu juste quelques techniques et puis prise dans l’élan, j’en ai fais de plus en plus. Vous avez été tellement contentes de tout ça que ça m’a donné envie de vous en donner encore plus chaque jour.

Je profite de cet article pour vous remercier, c’est assez hallucinant le nombre de message que j’ai reçu de partout, 40000 interactions sur mes articles, des milliers d’emoji ! J’ai cru que mon ordinateur avait buggé !

Et tellement de gentillesse et de mots doux. Oui calmez-vous quand même, ou alors restez discrètes 🙂

En remettant tout ceci ici, cela vous permettra de continuer de profiter de ces techniques. Et surtout de les partager pour les faire découvrir à d’autres personnes. Et bien évidemment de relire mes divagations humoristiques qui en ont fait rire plus d’une et ça c’est génial de savoir que j’ai réussi à faire naître plein de sourires par écran interposé. (En vrai je suis venue vous chatouiller mais vous m’avez pas vu).

Si vous le souhaitez vous pouvez continuer de m’accompagner dans ma folie en commandant avec moi des produits Stampin’up que je représente via ma boutique ici : https://www.stampinup.fr?demoid=5046742

Je le redis et répète encore et toujours vous n’avez aucune obligation dès lors que vous me passez une commande, cela peut-être 1 seule dans l’année peu importe chacun fait comme il veut et comme il peut, je ne vais pas vous courir après, d’ailleurs mes clientes pourraient toutes vous le dire. Et puis, faut se rendre à l’évidence, physiquement j’y arriverais pas de toute façon. Mon but est uniquement de partager avec vous, les choses que j’aime. Et ce n’est pas parce que je représente cette marque que j’aime tout ce qu’ils font et que je ne scrappe pas avec d’autres choses aussi 😉 Car des belles choses il y en a partout et il ne faut pas se priver.

Je vous souhaite de vous régaler. N’oubliez pas que dans cette société où tout va vite il est bon parfois de prendre du temps pour soi. Faites vous confiance. Si vous aviez vu mes débuts ….

Je vous embrasse et merci encore du fond du cœur d’avoir partagé tout ça avec moi. C’est le plus beau des cadeaux.

Sabrina.

Prête ?

1ere technique : Aquarelle avec trame

On commence par prendre une encre claire, un pinceau, un tampon et du papier aquarelle.
On tamponne avec notre encre (à l’eau). Cela va nous servir de trame.
On commence à peindre en passant sur les lignes pour les effacer.
On s’amuse avec des couleurs !
Et voilà une création originale, vous êtes maintenant un(e) artiste !

2ème technique : Aquarelle au crayon

On a besoin de crayons aquarellables, de papier aquarelle, de stazon (encre à utiliser quand on travaille l’eau), d’un tampon et bien sur d’un pinceau !
On tamponne à la stazon.
On retombe en enfance en coloriant au crayon. N’hésitez pas à mettre plus de couleur là où vous souhaitez que ce soit plus foncé.
Puis on joue l’artiste en ajoutant de l’eau grâce à un aquapainter (pinceau à réservoir d’eau) ou à un simple pinceau.
On continue la mise en beauté.
On ajoute l’eau.
Etc. Evidemment vous pouvez d’abord faire tout le coloriage et finir par le pinceau. Moi je vous montre des étapes pour plus de lisibilité.
Et voilà il ne vous reste qu’à admirer !

3ème technique : Aquarelle de contour

Vous avez besoin d’encre à l’eau, de papier aquarelle, d’un pinceau et d’un tampon.
Tamponnez votre sujet dans la couleur que vous aimez.
Immédiatement après passez votre pinceau (sans couleur juste avec de l’eau) sur les bords en ramenant la couleur vers le centre. Ca se colorie tout seul et vous obtenez une couleur toute douce.
Alors vous testez quand ?

4ème technique : Fond facile

Il nous faut des encres à l’eau, un tampon « texture », du papier aquarelle et un vaporisateur.
On commence par tamponner notre feuille aléatoirement.
On ne laisse pas à l’encre le temps de sécher on la prend par surprise : pschitt pschitt pschitt avec le vaporisateur.
L’aquarelle est par définition délayée à l’eau mais rien n’oblige à délayer avant. Du coup ici on délaye après 🙂 Parce que oui on fait comme on a envie 🙂

5ème technique : le glacis

On a besoin d’encres à l’eau, d’un pinceau et de papier aquarelle. Pour changer je prends un pinceau simple au lieu d’un aquapainter. Mais au fait c’est quoi un glacis ? Un glacis est une couche de peinture que l’on superpose à une autre déjà sèche.
On commence par une 1ere couleur. Et on la laisse bien sécher. Pour les impatientes on peut donner un petit coup de heat gun. (pistolet chauffant).
Puis on dépose une autre couleur à moitié à cheval sur la première. Vous obtenez ainsi un joli effet de transparence.

Et on continue.
On voit bien la formation d’un orangé, d’un vert et d’un violet. Vous devenez créatrice de couleurs, trop cool !
Alors vous tentez cette technique ?

6ème technique : l’embossage

Vous avez besoin de poudre à embosser, de Versamark, d’un pinceau, d’un tampon, de papier aquarelle et de peinture à l’eau. Tamponnez et embossez votre tampon.
Choisissez vos couleurs et remplissez les espaces. Rien de plus simple, les traits en relief de l’embossage vous aide à vous diriger et ne pas dépasser, un vrai plaisir.
Prenez 5 minutes et voyez comme c’est plaisant à faire.

7ème technique : Dégradé (avec bloc)

On prend des peintures à l’eau, un vaporisateur, un bloc et du papier aquarelle.
On commence par la couleur la plus claire et on en met à peu près au tiers du bloc. (Retournez votre encre sur votre bloc comme si c’était un tampon).
Pour le 2ème tiers on peut s’aider d’une feuille pour cacher le dernier tiers afin de le laisser propre.
On tamponne sur l’espace laissé libre.
On termine avec la couleur la plus foncée.
On pschitt ! Attention plus vous mettez d’eau plus ce sera dilué moins vous aurez l’effet dégradé. Moins vous mettez d’eau plus vous aurez des manques sur le papier. Va falloir faire des tentatives vous même je ne peux pas donner un nombre de pschitt vu que ca dépend de la proportion d’encre déposée sur le bloc.
Retournez votre papier sur le bloc, lissez avec la main.
Tadaaaaaaa ! Là on voit qu’il y a un peu trop d’eau sur le foncé. Une fois sec vous pouvez découper un joli rectangle sans les bords et recollez sur un papier blanc.
N’oubliez pas, c’est en s’exerçant à faire quelque chose qu’on y arrive.

8ème technique : Le plioir à gaufrage n°1/2

Vous aurez besoin d’encre à l’eau, d’un plioir à gaufrage, de papier aquarelle et d’un vaporisateur.
Gaufrez votre papier.
Retournez votre encre et frottez là délicatement sur votre papier sans appuyer afin que l’encre ne se dépose que sur les reliefs.
Voici le résultat à obtenir.
Il ne reste plus qu’à faire pschitt pschitt 🙂 et laissez sécher.
Vous obtenez un fond sans effort ! 😉

9ème technique : Le plioir à gaufrage n°2/2

Vous avez besoin d’encres à l’eau, de papier aquarelle, d’un pinceau, d’un vaporisateur et d’un plioir à gaufrage.
Avec votre pinceau colorier toutes les parties gaufrées. Ne vous inquiétez pas si vous débordez.
Prenez votre vaporisateur et ajouter plus ou moins d’eau en fonction de l’effet voulu.
Voici le résultat, digne d’un tableau de Claude Monet non ? 😉
A vous de jouer !

10ème technique : Le Stamparatus (Créer un univers)

Vous aurez besoin d’encres à l’eau, d’un vaporisateur, d’éponges ou doigts éponge et du stamparatus.
Aidez vous d’un doigt éponge et déposez l’encre.
Le stamparatus va faciliter l’encrage du papier aquarelle qui est très texturé. Si vous voulez un beau rendu il va falloir remettre de l’encre plusieurs fois et c’est là que cet outil va nous servir car vous pourrez tamponner toujours au même endroit sans dépasser. Et du coup superposer les couches d’encres pour un meilleur rendu.
Quand le résultat vous semble correct, il ne reste qu’à passer au ….
… pschitt, pschitt ! Je vous conseille de vaporiser l’eau en vous mettant au centre et vers l’extérieur de la feuille, ainsi les « coulées » iront vers le blanc du papier (que vous aurez pris soin de laisser tout autour pour obtenir ce joli rendu). N’hésitez pas à mettre plus d’eau d’un côté par exemple pour avoir une partie plus « floutée ».
Comme le résultat prend le pas sur le reste, inutile de charger la création. Ce que l’on veut voir c’est le joli travail de l’encre.
La partie plus floutée.

11ème technique : Gouttes d’eau et film alimentaire

Vous aurez besoin d’encres à l’eau, de papier aquarelle, d’un pinceau et de film alimentaire.
Avec vos différentes encres faites des petites gouttes sur votre papier. Dilué + ou – selon vos envies.
Au passage n’est ce pas trop mignon ?
Quand vous êtes satisfait, posez votre film dessus.
Appuyez pour que toutes les gouttes éclatent.
Jouez avec le film en l’étalant + ou –
Retirez le film et laissez sécher.
Ainsi vous créez un joli fond unique.
Regardez de plus près ce doux mélange de couleurs ! Vous allez faire des jalouses 😉

12ème technique : Les Stampin’write

C’est parti, on a besoin de papier aquarelle, de stampin’write (feutres à encre à l’eau), d’un encreur stazon, d’un aquapainter et d’un tampon au choix.
On tamponne au Stazon et on commence à colorier (pas besoin que cela soit bien fait).
Après le foncé, le clair.
Puis on mélange tout ça avec notre pinceau.
Attendez que ce soit bien sec avant de rajouter une couleur ça évitera les bavures.
Et hop un coup de pinceau.
Pour éviter que le dessin flotte dans le vide, vous pouvez faire un halo bleu (très dilué) tout autour.
Tadaaaaa ! Que vous êtes forte ! 😉

13ème technique : Le rouleau silicone

Vous aurez besoin d’encres à l’eau, de papier aquarelle, d’un vaporisateur et d’un rouleau en silicone. (rayon pâtisserie) – Qui pourra aisément resservir si votre conjoint n’est pas sage 🙂
Compliqué de faire plus simple, vous faites rouler votre rouleau sur votre encreur puis vous roulez sur votre papier. A moins d’avoir abusé de l’apéro vous devriez rouler droit 😉 Faites chevaucher la 2eme couleur. Essayez de prendre des couleurs qui s’accordent sinon la fusion sera marron.
C’est l’heure du pschiiiiiiitt ! Oh c’est beau, tout se mélange parfaitement.
Deux trois coquillages plus tard … vous êtes formidable 🙂
Félicitations 🙂

14ème technique : Le mouchoir

On a besoin de papier aquarelle, d’une brosse estompe, d’un vaporisateur, d’encre à l’eau et d’un mouchoir.
On dépose une couche d’encre.
On pshiiitt, pschiiitt et on pose tout de suite un mouchoir dessus. (Cette photo était-elle vraiment utile ?)
Ohhhhh la belle bleue ! Ca ressemble à un ciel étoilé ou à l’océan ou encore à un joli fond de carte.
Ca se remarque que j’ai envie de fraicheur en ce moment ? 🙂

15ème technique : La fusion des couleurs

On a besoin de papier aquarelle, d’un aquapainter et de peintures à l’eau.
Vous voyez directement le résultat. Pourquoi ? Parce que justement cette technique réside dans la rapidité. Si j’avais pris le temps des photos avec la chaleur actuelle les fusions de couleurs auraient moins bien marché. En fait il vous faut tout préparer à l’avance, tout ouvrir. Puis avec un pinceau bien imbibé vous déposez couleur par couleur, en essuyant votre pinceau à chaque fois afin de déposer une couleur pure et en les faisant se toucher légèrement (l’eau fera le reste en allant se promener).
Ca ressemble à du Desigual pour celles qui connaissent. Du coup je n’ai pas pu m’empêcher de mettre mon prénom.
Arc en ciel de couleurs pour un modèle unique à chaque fois. Superbe en mode carte d’anniversaire avec pourquoi pas l’âge en blanc.
Ici, la fusion rose / bleu me plait beaucoup.
Alors convaincu ? On teste ?

16ème technique : Le pad d’encre

On a besoin de papier aquarelle, d’encres à l’eau, de film alimentaire et d’un vaporisateur.
Etalez votre film et déposer de l’encre directement avec votre pad d’encre. (Vous pouvez aussi réaliser cette technique directement sur votre sous main s’il est en verre ou encore sur une pochette plastique).
Résultat.
Continuez avec les couleurs de votre choix.
C’est le moment que le monde entier nous envie ! Le pschiiiittt pschiiittt !
Double pschit pour cette technique car on va aussi mouiller la feuille aquarelle. On a des moyens de fou pour ce tuto 😉
Et comme elle nous a regardait d’un drôle d’air (la feuille) on lui écrase la tête dans l’encre !
Et wahouuu on est toute excitée par le résultat !
Et comme il en reste et ben on recommence 🙂
Et bim une deuxième ! Je me suis arrêtée à deux mais voyez qu’il en reste encore sur le film.
On bombe le torse de fierté face à ces merveilles 😉
Une perfo toutou, un peu de calque, ruban clochette, embossage et le tour est joué !
Vous aimez ?
Go go à vous d’essayer !

17ème technique : Fond dégradé saturé

On a besoin de papier aquarelle, d’encres à l’eau (idéalement 3 couleurs du + clair au + foncé), d’un vaporisateur et d’une brosse.
Commencez par la couleur la plus claire que vous mettrez au centre, puis la couleur intermédiaire sur tout le reste de la feuille. Le principe de cette technique est de saturer le papier en encre c’est à dire qu’on ne se montre pas radin c’est comme le chocolat dans les gâteaux plus y en a meilleur c’est !
Le moment que vous attendez tous, le pschittt pschittt ! Vous verrez tout de suite apparaitre les coulures vu qu’il y a beaucoup d’encres, à vous de doser l’eau et d’arrêter dès que ça vous plait. Allez y doucement.
Quand c’est bien sec, oui je sais on aime pas attendre mais va quand même falloir sinon ça va être tout moche, donc une fois sec (en attendant vous pouvez toujours ranger votre bureau je suis sûre que c’est le bazar), je disais donc une fois que tout ceci est sec (et franchement avec les chaleurs actuelles ça va vite), j’en étais où ? Arrêtez de m’interrompre on ne va jamais s’en sortir ! De toute façon après avoir lu tout ça c’est forcément sec maintenant ! Du coup, vous prenez la couleur la + foncé et vous en mettez sur les bords.
Tadaaaaaaa ! 
Pour celles qui se disent c’est bizarre moi ça marche pas. Il n’y a pas de secret il faut un vrai papier aquarelle.
Avouez le résultat valait le coup d’attendre !
Boo !
Lugubre à souhait cette petite carte d’Halloween, non ?

18ème technique : Le sel

Ah ah, deux techniques dans la même journée vous ne l’aviez pas vu venir hein ?
– On a besoin de quel papier ?
– Ben aquarelle ! Comme depuis 1 mois hein ! ….
On ajoute un pinceau, de l’encre à l’eau et du sel (du fin, du gros, de la fleur de sel, on accepte tout le monde ici).
On badigeonne allégrement l’encre (c’est à dire vivement, avec entrain, joyeusement, oui je fais aussi cours de français) et on met quand même pas mal d’eau.
Et là, tout de suite, très vite, prestement (pas mal celui là 😉 ) on lui jette du sel dessus ! Ca porte bonheur alors ne lésinons pas ! (Fichtre à la fin du tuto vous allez avoir Bac+5 !)
Une fois sec (Voir les idées de la technique n°17 pour patienter) retirez tout le sel et là ne faites pas les pingres, ne le réutilisez pas pour une recette ….
Et voilà le travail ! Comme le fond est original, laissons lui la vedette et ne décorons pas trop. Ne dit-on pas que le mieux est l’ennemi du bien ?
Allez vous avez bien travaillé je vous mets 20/20 !

19ème technique : La poire

Nous sommes le 31, juillet se termine, sortons les mouchoirs …. Mais avant …. On a besoin de papier aquarelle (gros bénéfice ce mois-ci sur le papier aquarelle), d’un pinceau, d’encres à l’eau (ici en bouteille pour l’avoir bien pigmentée), d’un bloc pour support et d’une poire, pas celle que l’on mange hein ! Ni celle que l’on achète en pharmacie …
On prend une belle goutte d’encre pure à laquelle on ajoute juste une pointe d’eau pour faciliter la glisse. (Alice ça glisse aux pays des merveilles …)
On fait une jolie goutte et …
…. et non pas de pschitt cette fois mais une petite poire qui a du souffle !
Et on en met partout où on a envie. Astuce si vous n’avez pas de poire, essayez avec une paille, si vous n’avez pas de paille il vous reste votre bouche mais prévoyez un défibrillateur pas loin.
Fuu Fuuu (bruit du souffle, on fait avec les moyens du bord, j’avais tout dépensé pour le pschitt)
Tadaaaaaa ! Voici une espèce de forêt figurative, ça change des habitudes, parce que moi aussi je sors de ma zone de confort avec tous ces tutos.
N’oubliez pas que de son vivant Van Gogh n’a vendu qu’un seul tableau ! Si, si vous pouvez vérifier et seulement pour 400 francs ! A vos créations !

20ème technique : Feutre permanent et doodling

Ne changeons pas une équipe qui gagne, il nous faut un papier aquarelle (A3 pour moi), des encres à l’eau, un aquapainter, une brosse, des doigts-éponges, des tampons, des pochoirs et un feutre permanent (sinon avec l’eau ça va baver).
Dédicace à toutes celles qui ne savent pas dessiner, moi la première … Du coup quand on ne sait pas dessiner, on fait des formes simples, des ronds, c’est dur de faire plus simple. Des petits, des gros, des pas très ronds, ça n’a pas d’importance, on fait ça au feeling comme une petite thérapie de bien-être et de lâcher prise. Et comme on ne veut surtout pas quelque chose de parfait, on repasse trois fois sur nos traits. On peut aussi appeler ça du Doodling (gribouillage).
Une fois que les ronds c’est ok, on va faire des pétales. Et là pareil petites, grandes, mais surtout irrégulières. Parce qu’on se moque que ce soit tout de travers. On fait ce qu’on veut non mais ! Puis on laisse son esprit gambader (pas trop quand même hein, je les vois les coquinettes dans le fond là) et on remplit toutes ces pétales avec des formes simples (rond, point, trait).
Vu que vous êtes maintenant expertes en ronds, on va en refaire à l’intérieur des grands. Et pour accentuer le côté brouillon on fait des petites ratures à quelques endroits.
On passe aux feuilles, oui parce que jusqu’ici on faisait des fleurs pour celles qui trouveraient que je dessine vraiment mal et qui n’avaient pas deviné … Les feuilles, ben c’est des feuilles quoi, une espèce de pyramide arrondie avec des traits dedans. Rien de fou-fou.
Passons à l’aquarelle, pour ombrer les feuilles j’ai passé mon pinceau très encré tout autour puis j’ai rempli le reste sans rajouter d’encre, ça se fait tout seul. Et de toute façon ce projet n’est pas fait pour être parfait. On se détend. Enfin ne vous endormez pas non plus !
On choisit nos couleurs, je me suis arrêtée à 5 mais c’est vous qui voyez.
A partir d’ici, le cerveau est débranché, on oublie tout, on en met partout et même n’importe comment.
On choisit une couleur de fond et on va la diluer à l’extrême juste pour recouvrir légèrement tout le blanc de la feuille avec notre pinceau.
Puis on commence à combler les trous, je commence par des pochoirs, ça habille vite et bien (pas comme moi le matin).
Après ça c’est un joyeux bazar, j’ai pris tout ce qui passait par là et j’ai rempli, rempli, rempli. J’ai tellement déconnecté que je n’ai pas pris de photo. Beaucoup de pochoirs, des ronds à l’aide des doigts-éponges, et des tampons de texture, de texte, de petites formes etc.
Pour finir un bel oiseau bleu pour apporter du contraste. Puis j’ai plié ma feuille en deux pour en faire une carte géante (la feuille est une A3). Je l’ai faite pour la mutation d’une collègue de travail, il fallait beaucoup de place pour les petits mots de tout le service.
Pour la petite histoire, tout le monde m’a dit qu’elle était belle, personne n’a regardé si j’avais dépassé lors de la colorisation ou si j’avais tamponné de travers. C’est ce « tout » complètement déjanté qui finalement fait que c’est beau.
Soyez fière de vous. Ratez, recommencez, persévérez mais surtout ECLATEZ-VOUS !
Si ça vous plait à vous c’est bien l’essentiel !
PS : Je vais vous compiler tout ça dans un seul article sur mon blog afin que cela soit encore plus simple pour vous de vous amuser. Je fais ça très vite 😉 Merci à toutes pour votre bienveillance. Plein de bisous.

Promesse tenue les poulettes 🙂

Après toute cette lecture, une tisane et au lit.

A très vite !

Avec ces températures qui battent tous les records j’avais envie de fraicheur. Quoi de mieux qu’une forêt pour respirer ? La mienne est en bambous. On s’attend presque à voir apparaitre un panda.

Retrouvez ces superbes tampons à la page 86 du catalogue annuel.

Vous aimez la marque Stampin’up et vous souhaitez obtenir le mini catalogue qui sortira le 1er juillet ?

Contactez moi : sab.ateliers.scrap@gmail.com

Aujourd’hui c’est la fête des mères alors pour l’occasion voici une carte avec un « M » comme maman remplie de cœurs et de fleurs. Et en plus elle est simple à réaliser.

C’est parti :

Prendre une feuille de 14 x 21 cm, pli à 10.5 dans la longueur.
Prendre une feuille de 10 x 15 cm, plis à 1 / 5 / 7.5 / 10 / 14 dans la longueur.
Voici comment la plier pour former un M.
Coller le M à 2 cm du pli central de la base grâce au bord d’1cm. Nous sommes également à 2 cm du bord de la feuille.
Coucher le M d’un côté, mettre du double face sur le bord d’1 cm et rabattre la base par dessus.
Et voilà une fois ouverte la carte laisse apparaitre le M de maman. Il ne vous reste plus qu’à décorer.

Résultat :

Pour la fermeture j’ai choisi de la faire dans la même feuille de papier que le reste. Il suffit de prendre une bande de papier, de l’enrouler autour et coller. (Pas trop serré pour pouvoir faire glisser la carte).
J’ai découpé des cœurs dans le papier pour décorer ma carte.
Je me suis servie des dies « Pyramide de cercles », un indémodable !
J’ai décoré avec les roses du set « Encre d’artiste ».
Et j’ai ajouté des cœurs sur mousse 3D.
Voici le M.

J’espère que ça vous aura plu.

A bientôt 🙂

Sabrina.

Chez moi, la dégustation de cerises a commencé, c’est un de mes fruits préférés, alors forcement j’ai craqué sur le lot « Douceur fruitée » https://www.stampinup.fr/products/set-de-tampons-en-r-sine-douceur-fruit-e-fran-ais?demoid=5046742

Evidemment vous pouvez faire des cerises avec les tampons mais vous pouvez aussi les faire sans tampon. Il suffit de prendre une chute de papier, d’y déposer de l’encre et de perforer. Rien de plus simple.

Il n’y plus qu’à mettre ces jolies cerises sur une carte et hop le tour est joué.

Allez-vous essayer ?